Un esprit conquérant

Quelques 7 millions de montres produites en 120 ans, soit une moyenne de 58’000 montres commercialisée chaque année.Il convient d’ajouter à ces chiffres les mouvements que Marvin a élaboré pour différentes marques horlogères suisses, Zénith, ou américaines, Tiffany.Pour parvenir à ce résultat, Marvin a su s’implanter dans de nombreux pays, créer, développer et animer un réseau de distributeurs fiable et performant.

Tour d’horizon…

1893, exposition universelle de Chicago… année de dépôt de la marque Marvin…, Hyppolite Didisheim, fils de Marc, part présenter les modèles à Chicago et la marque obtient une médaille de l’exposition. Conscient de l’essor du marché américain, Hyppolite s‘installe à New York, crée une filiale et ouvre une boutique sur Nassau Street. Il sera bientôt rejoint par son frère Bernard. Les 2 frères vendent des mouvements et des montres Marvin qui peuvent être personnalisées au nom de leurs clients.

Charles, autre fils de Marc, tente une aventure horlogère à Alger.

Marvin étoffe son réseau de distribution mondial de filiales, de représentants exclusifs ou multimarques.

L’épopée familiale américaine se poursuit jusqu’à la fin des années 30, puis la marque sera confiée à des distributeurs nationaux.

Venezuela, Colombie, Chili, Pérou, la marque couvre efficacement le continent sud-américain.

En Europe, Marvin ouvre des centrales d’achat en Yougoslavie, en Pologne, en Hongrie, crée une filiale en Angleterre et travaille avec Uhren Weiss en Allemagne, représentant exclusif de la marque avec un réseau de 50 boutiques. En Suisse, un accord commercial est passé entre Marvin et la fédération des horlogers détaillants.

L’Asie ouvre ses portes et plus particulièrement la Chine.

Sûre de la qualité et de la fiabilité de ses mouvements, et profitant de l’essor de l’horlogerie suisse, Marvin lance d’autres marques, telles qu’Election, Lancet, Prima,….

La seconde guerre mondiale… Cette époque marquera un coup d’arrêt à l’expansion de la marque. Durant cette époque, la Chine et l’Amérique du Sud sont les principaux clients.

La nouvelle organisation mondiale voit les marchés de l’Europe de l’Est, sous joug communiste, se fermer. Mais le reste de l’Europe et les autres continents restent des clients importants et lors de son centenaire, en 1950, Marvin est présent dans plus de 70 pays répartis sur les 5 continents. Cette forte implantation mondiale perdurera jusqu’à la fin des années septante.

Marvin rentre dans le giron du groupe MSR, – les Manufactures d’horlogerie Suisses Réunies -, qui détient déjà les marques Revue – Thommen, Vulcain, Phoenix et Büser. MSR immédiatement été séduit par la variété des montres, la fiabilité des mouvements manufacturés, la technicité des petites et grandes

secondes de Marvin et ses marchés. La manufacture démontrant à nouveau exigence, rigueur et expertise fournira les mouvements pour l’ensemble des marques du groupe MSR.