Design novateur

Si ses mouvements ont fait la réputation de la manufacture, son style a également contribué à ses heures de gloire.

Marvin a su suivre l’évolution du design horloger : montres de poche, montres gousset, montres bijoux montées sur broches, anneaux ou colliers.

Anticipant l’importance grandissante des montres bracelets, les variations se multiplient : formes, matières, décorations, complications… Bien des modèles ont contribué à asseoir la Marvin Touch

Créée dans les années 30 par René Didisheim, elle est un hommage à la passion automobile qui anime la famille. Il s’agit d’une montre pendulette logée dans un pneu en caoutchouc. Pierre Didisheim y rajoutera une lanière qui permettra d’y accrocher sa clé de voiture.

Après un démarrage moyen, ce modèle connaîtra un succès fulgurant grâce à une campagne de publicité très novatrice : elle ancrera d’une part l’idée chez les acheteurs potentiels qu’ils peuvent avoir l’utilité d’une 2ème montre ailleurs qu’au poignet et d’autre part, les visuels et slogans réveilleront le fantasme du coureur automobile qui dort chez la gente masculine en mettant en avant les grandes marques de l’époque, Jaguar, Mercedes, Fiat… et les pilotes de renom tels que Fangio, Ascari, Stirling Moss…

Également créée dans les années 30 et destinée aux automobilistes, cette montre très galbée se porte sur le côté intérieur du poignet, permettant ainsi de voir l’heure tout en conduisant.

Les mentalités ont évolué, les gauchers sont mieux acceptés, et dès le début des années 50, Marvin leur propose une montre avec couronne de remontage à gauche du boîtier.

Son nom ressuscite les héros « volants » : Icare, le bateau fantôme de Wagner, le nom de baptême des avions de la KLM.

Crée en 1955, avec un nouveau calibre, le 580, et le 580P pour la version avec chronomètre, elle accompagne le partenariat signé entre Marvin et la KLM. Elle est la montre officielle des pilotes de ligne de la compagnie néerlandaise.